Nos Poilus

A la découverte de Champis > Nos Poilus > DEAGE Henri Elie

DÉAGE Henri Elie :

Henri Élie DÉAGE voit le jour le vendredi 10 mai 1895 à 2 heures à Champis (07440) - au lieu d’Orcival.
Il est le fils légitime de Reymond DÉAGE, cultivateur, âgé de 32 ans environ et de Marie Sylvie ROUX, ménagère, âgée de 33 ans environ.
Signalement : cheveux châtains - yeux châtains - front moyen - nez rectiligne - visage long.
Taille : 1,61 m.
Degré d’instruction : 2.

Henri sera cultivateur.

Henri É. DÉAGE est décédé le mardi 15 juin 1915, à l’âge de 20 ans, à Metzeral (68).

Matricule 1914 - recrutement de Privas.
Matricule au Corps : 4982.
Arrivé au Corps le 18 décembre 1914. Soldat au 6ème Bataillon de Chasseurs, Groupe 11.
Campagne contre l’Allemagne du 18 décembre 1914 au 15 juin 1915.

La bataille de Metzeral (juin 1915) :

Le 3 août 1914, l’Allemagne déclare la guerre à la France. Théâtres d’opérations secondaires, l’Alsace, région éminemment symbolique et les Vosges en particulier, n’en restent pas moins le lieu de combats féroces qui marqueront autant le sol que les esprits. Après d’intenses luttes, les opérations militaires se déplacent dans la Grande Vallée (début 1915) alors que dans le même temps des combats acharnés ont lieu au Hartmannswillerkopf, qui devient le symbole de la Bataille des Vosges. Nommé au commandement de la 47ème Division d’Infanterie, le Général Pouydraquin obtient l’autorisation de conjuguer ses forces avec celles du général Serret à la tête de la 66ème DI. Ces opérations avaient pour but de refouler les troupes ennemies au-delà de la haute vallée de la Fecht. Après de vaines tentatives, les deux généraux se décident pour une grande offensive. Le 9 juin 1915 la population de Metzeral et de Sondernach est évacuée. Le 15 juin l’assaut est mené. Les troupes de la 47ème division se mettent en branle. Montagnards de Savoie, du Dauphiné, du Massif Central et de la Provence partent à l’attaque. La 66ème division quant à elle se heurte à une vive résistance à l’Hilsenfirst. L’assaut sur Metzeral est donné le 20 et 21 juin par les deux divisions. Le combat a lieu dans le village-même. On se bat au corps à corps, à coup de crosse, de baïonnette pour reprendre des rues, le cimetière, la gare… ! Un communiqué allemand du 23 juin 1915 fait état de la prise des deux localités de Metzeral et Sondernach, et le 24 la bataille de Metzeral est officiellement remportée par les troupes françaises. Metzeral et la haute vallée de la Fecht sont en ruines. Un mois s’est à peine écoulé qu’une autre bataille commence, celle du Linge le 20 juillet 1915 appelée à devenir le tombeau de milliers de chasseurs alpins.

Les BCP (Bataillon de Chasseurs à Pied) sont composés généralement d’hommes de petites tailles, très vifs et excellents tireurs. Ces bataillons rapides agissent en tirailleurs à l’avant de l’infanterie, c’est-à-dire en profitant des accidents de terrain pour se poster et viser, à la différence de l’infanterie dite "de ligne" laquelle est employée en formation plus ou moins compacte jusqu’en 1914.
Les BACP (Bataillon Alpins de Chasseurs à Pied) étaient spécialisés et adaptés pour les combats des régions montagneuses.
En 1915, ils sont en opération au Linge, au Braunkopf et à la prise du Petit-Reichsacker.

Le 3 juin 1915 à 23h, un effroyable accident (éclatement d’un lance-bombe Aasten) cause la mort du capitaine Baume, 2 officiers et 1 homme de troupe, le bataillon est au repos au camp de Gaschney.
Le 14 juin 1915, la 6ème Cie du 6ème Bataillon de BACP occupe la tranchée du boyau du téléphone.
Le 15 juin à 7h30, les Allemands bombardent violemment avec de l’Artillerie lourdes et de 77, nos tranchées de 1ère et seconde ligne et plusieurs boyaux.
A 10h après une acalmie, le bombardement reprend plus violemment et de plus en plus précis et prend en enfilade plusieurs de nos boyaux et tranchées de 1ère et seconde ligne.
A 15h l’artillerie Allemande (lourde et 77) bombarde toujours nos tranchées. L’Artillerie française commence son tir de préparation sur le Braunkopf et les autres objectifs. Son tir est bien calculé, les tranchées allemandes de Braunkopf sont successivement bouleversées. Les bombardements continuent jusqu’à 16h30.
A 16h les 2ème et 6ème Cie se portent dans les places d’armes pour laisser la place aux 3ème et 5ème Cie dans les tranchées de départ. Quand les 2ème et 6ème Cie quittent la tranchée de 1ère ligne, elles ont déjà subies des pertes assez fortes causées par le bombardement de l’artillerie allemande. Des parties des boyaux d’accès sont complètement comblées, des parties de la tranchée de 1ère ligne sont effondrées, mais malgré ces dégâts, le placements des deux Cie de 1ère ligne d’attaque se fait rapidement.
A16h30 les 5ème et 3ème Cie franchissent d’un seul bond le parapet de la tranchée et se sortent ; la 3ème sur le versant Nord du Braunkopf et le Rocher qu’elles enlèvent rapidement. Sur la droite une section de cette Cie se porte sur les pentes droites du Braunkopf. Elle perd son Commandant de Cie et ses 4 chefs de section (blessés) mais atteint la tranchée allemande de 2ème ligne et s’y maintient. Elle fait des prisonniers et s’empare d’un nombreux matériel. La 5ème Cie s’empare du blockhaus, des mitrailleuses et capture 15 allemands. Une section s’empare de la Maison Organisé dite Maison "O". Ces 2 unités se trouvent sur le Braunkopf dont elles viennent de s’emparer sans aucune liaison à droite ou à gauche.
A 16h50 la 2ème et 6ème Cie viennent remplacer dans les tranchées de 1ère ligne les 3ème et 5ème Cie : 2ème à droite et 6ème à gauche. Elles se portent rapidement sur le Braunkopf renforcer les 3ème et 5ème, mais le tir de barrage de l’artillerie, les mitrailleuses du Bois Noir, de la maison O et de l’Eichwald est très violent et il cause dans ces unités de lourdes pertes ; mais elles atteignent le Braunkopf et avec les 3ème et 5ème Cie en continuent rapidement l’organisation sous le commandement du capitaine Barthélémy. Les Allemands bombardent violemment l’ensemble des positions du Braunkopf et de l’Altmatt.
La nuit arrive, les allemands n’ayant pas contre-attaqué, de petits postes sont poussés en avant des lignes. La nuit se passe sans autre incident qu’un bombardement lent de la position.
Dans cette affaire, nos pertes s’élèvent à : 2 officiers tués : le capitaine Laplanche commandant la 3ème Cie, le Lieutenant Patella commandant la 6ème Cie - 6 officiers blessés et 489 hommes hors de combat.
Le colonnel commandant la 4ème brigade remet le 17 juin au soir la Croix de Chevalier de la Légion d’honneur au Capitaine Barthélémy. Le Général de Maud-Huy commandant la 7ème armée, félicite le 6ème bataillon de Chasseurs de la prise du Braunkopf.
Cantonnement et bivouac à Gaschney.

Le soldat DÉAGE Henri Elie incorporé au 6ème bataillon de BACP, 6ème Cie, est disparu au combat de Braunkopf au environ de Metzeral en Alsace, le 15 juin 1915. Il figure sur le Mémorial de Metzeral.

Mort pour la France.