Nos Poilus

A la découverte de Champis > Nos Poilus > CHALAMET Léon

CHALAMET Léon :

Léon CHALAMET voit le jour le mercredi 16 février 1887 à 15 heures à Champis (07440) - au lieu de La Bâtie-de-Crussol.
Il est le fils légitime de Jean Pierre Salomon CHALAMET, boulanger et de Suzanne LORIOL, ménagère.
Signalement : cheveux châtains - sourcils châtains - yeux châtains - front ordinaire - nez fort - bouche moyenne - menton rond - visage ovale.
Taille : 1,67 m.
Degré d’instruction générale : 3.

Léon sera journalier.

Léon CHALAMET est décédé le dimanche 9 mai 1915, à l’âge de 28 ans, à Seddul-Bahr (Turquie).
Matricule 466 - recrutement de Saint-Privas.
Matricule au Corps : 22559.

Incorporé le 6 octobre 1908 comme Soldat de 2ème classe au 24ème Bataillon des Chasseurs à Pieds. Caporal le 25 septembre 1909.
Ré engagé pour deux ans et six mois comme Soldat de 2ème classe le 26 février 1910 au 22ème Régiment d’Infanterie Coloniale.
Campagne du Maroc Occidental (en Guerre) du 1er octobre 1911 au 23 mars 1912.
Campagne au Maroc (en Guerre) du 24 mars 1912 au 2 septembre 1914.
Campagne contre l’Allemagne du 3 septembre 1914 au 16 mars 1915 et en Orient du 17 mars 1915 au 9 mai 1915. Passé Sergent le 11 septembre 1914.
Le 16 mars 1915, passe au 7ème Régiment Mixte d’Infanterie Coloniale. Tué à l’ennemi le 9 mai 1915 à Seddul-Bahr en Turquie.

La bataille des Dardanelles est aussi appelée la bataille de Gallipoli (mars 1915 à janvier 1916) :

Le but de cette bataille était de s’emparer dans un premier temps de la mer de Marmara pour pouvoir assiéger Constantinople, ainsi les Alliés songeaient contrôler les flux maritimes du Bosphore. L’idée d’éliminer l’Empire Ottoman de la guerre par une action navale fut présentée au conseil de guerre de la Grande-Bretagne vers la fin de novembre 1914. Selon le plan initial, une force navale devait attaquer le détroit afin d’ouvrir la route vers Constantinople. Malgré les réserves présentées de plusieurs côtés, ce plan fut dûment approuvé en janvier 1915. Quand le 31 octobre 1914 l’Empire ottoman déclare la guerre à la France, la Grande-Bretagne et la Russie, la réalisation du plan esquissé en 1906 devient une obligation.
Le 3 novembre 1914, la flotte britannique bombarde pendant quinze minutes les fortifications d’Europe et d’Asie de l’entrée du détroit. Puis la flotte se replie à Lemnos, où elle établit une base fortifiée. Winston CHURCHILL, premier lord de l’Amirauté, expose donc au Conseil de Guerre britannique, le 23 novembre 1914, le plan prévu de longue date. Le plan est accepté mais remis à plus tard.

Une expédition terrestre fut organisée contre Gallipoli. 75 000 soldats alliés débarquèrent le 24 avril 1915 mais l’effet de surprise était raté et les défenses ottomanes avaient été renforcées. Les gains initiaux des alliés furent perdus et les forces britanniques, françaises, australiennes et néo-zélandaises se trouvèrent bloquées sur le Cap Helles, entre la mer et les collines tenues par les Ottomans. Les défenses ottomanes, sous le commandement du général Liman Von Sanders étaient habilement manœuvrées, à la grande surprise des alliés. Parmi les hommes qui se distinguèrent dans le camp Ottoman se trouvait un jeune colonel, Mustafa Kemal, qui devait plus tard instaurer la République et moderniser le pays, devenant le premier président.

Le 6 mai 1915, le 7ème Régiment d’Infanterie Mixte Coloniale arrive en vue de la presqu’île de Gallipoli. A 17h, débarquement de la section de tir à Seddul-Bahr, les mulets sont laissés à bords. A 19h00, bivouac à la Cote 43 à gauche de la route de Crithia.
Le 7 mai 1915, à 17h, le régiment est à la Ferme Zimmermann. A 19h00, il se porte en 1ère ligne. 2 sections intercalées au milieu de la Cie Baudry, une section sur la crête d’Apsefla comme soutien. Dans cette dernière section, un caporal et 1 soldat sont blessés au cours du désenrayage d’une pièce.
Le 8 mai 1915 à 16h, attaque contre la position turque d’Epsilla. Dès le début de cette action, le capitaine est tué. A18h, les sections Lautenois et Roux ont pris de nombreuses positions sur le plateau et dirigeaient des feux efficaces contre les Turcs. Pertes de la journée : 3 tués dont le capitaine Commandant la section - 1 caporal - 4 blessés dont 1 caporal
Le 9 mai 1915, les deux sections de mitrailleuses placées au centre du bataillon Ribaudeau se trouvent au point du jour dans une situation assez critique par suite de l’enrayage de 3 pièces.
A 7h, le sergent CHALAMET Léon de la section Roux est tué sur une pièce en enlevant le piston moteur.
A 9h, la section Lautenois ne pouvant pas arriver à désenrayer ses pièces est obligée de se reporter en arrière sous un feu violent.
A 19h, la section Roux ayant à son tour ses deux pièces enrayées se porte sur le plateau pour réparer.
A 21h elle reprend sa place sur la ligne. Cette journée a coûté la vie à 3 tués dont le sergent Chalamet Léon, 3 disparus et 6 blessés

Le Sergent CHALAMET Léon du 7ème Régiment d’Infanterie Mixte Coloniale est tué à l’ennemi sur sa pièce d’artillerie le 9 mai 1915 à Seddul-Bahr (Turquie).

Mort pour la France.